Recherche de l'équipe GPLD

Notre projet de recherche vise à décrire les mécanismes physiopathologiques d’une anomalie du développement précoce du cerveau, l’holoprosencéphalie (HPE).

L’HPE est une maladie rare (1/250 produits de conception, 1/10000 nouveau-nés) qui est causée par un défaut de formation de la ligne médiane du cerveau et de la face. Depuis 1997, nous avons mis en place une collection de 2000 patients HPE et leurs parents. Des défauts génétiques dans 15 gènes ont déjà été impliqués dans 30% des cas. Un effet commun de ces mutations est la diminution du signal Sonic Hedgehog (Shh) qui conduit à un défaut de la région rostroventrale de l'embryon.

Il est aujourd’hui établi que l’HPE est une maladie génétique complexe où les phénotypes cliniques résultent de multiples interconnexions entre différents réseaux de gènes.

Pour étudier cette maladie complexe les généticiens travaillent avec les bioinformaticiens et les biologistes du développement pour identifier des nouveaux gènes HPE.
Le séquençage de nouvelle génération (NGS) est utilisé pour collecter les données de génomes de larges cohortes HPE (les patients et leurs proches). Les variants sont interprétés par des analyses informatiques et fonctionnelles. Avec les modèles animaux appropriés, nous examinons l'effet des gènes mutés identifiés dans les processus de développement du cerveau.
Notre objectif est d'identifier de nouveaux facteurs génétiques impliqués dans la variation de pénétrance et l'expressivité des HPE. Dans un contexte d'une pathologie multigénique, il permettra la conception d'un réseau de gènes dédié à l’HPE qui constituera un outil essentiel pour le diagnostic.

Au-delà de l'identification de nouveaux gènes candidats pour l’HPE, nous contribuons à comprendre les mécanismes moléculaires impliqués dans le développement normal du cerveau antérieur.

 

 

 

Souscrire à notre Newsletter