Recherche de l'équipe TAF

RÉSUMÉ

L'équipe 'Ribosome, bactéries et stress' étudie les interactions macromoléculaires impliquées dans la traduction et le repliement des protéines. Parmi celles-ci nous étudions particulièrement le ribosome, les chaperons moléculaires qui agissent sur les polypeptides naissants ainsi que certaines conformations de protéines mal repliées qui s’agrègent et déclenchent des maladies conformationnelles. La dynamique de ces machines moléculaires rend l’analyse de leurs structures et interactions difficile. C’est pourquoi nous utilisons une combinaison de techniques de microscopie électronique, biochimie et bioinformatique.

Pour le prochain contrat (2017-2021) l'équipe axera ses études sur les "structures et fonctions du ribosome dans des conditions de stress".

Le ribosome est le complexe ribonucléoprotéique fabriquant les protéines dans toutes les cellules vivantes. A un premier niveau, nous étudierons la biogenèse des ribosomes bactériens. Les précurseurs des petites et grandes sous-unités ribosomiques s’accumulent sous stress thermique sévère. Nous utiliserons donc ces conditions pour purifier ces intermédiaires d'assemblage et identifier leurs structures et de leur composition. A un deuxième niveau, nous étudierons les événements de contrôle de la qualité lors de la trans-traduction. Ce système  permet d'assurer le recyclage des ribosomes bloqués et la dégradation des protéines incomplètes lorsque des ARN messagers (ARNm) problématiques sont traduits. Ces études aboutiront à la présentation d'un modèle complet de la trans-traduction aux niveaux moléculaires et cellulaires. A un troisième niveau, nous allons cribler des molécules ciblant spécifiquement l'activité trans-traductionnelle de cellules bactériennes. En effet, ce système est essentiel à la survie de nombreuses bactéries pathogènes. Nous validerons l'efficacité cellulaire et moléculaire des molécules in vitro et in vivo sur un large panel de bactéries pathogènes, y compris des souches hospitalières multi-résistantes qui posent un problème majeur de santé publique.

Souscrire à notre Newsletter