Nina SOLER

Adresse courriel : nina [dot] soler [dot] 1 [at] univ-rennes1 [dot] fr

Téléphone : +33 2 23 23 43 68

Numéro de bureau : 331

Lors d’une division cellulaire, le fuseau mitotique assure une répartition correcte des chromosomes au sein des cellules filles. Comment cette structure assure-t-elle sa fonction avec un faible taux d’erreur ? Comprendre le mécanisme sous-jacent apparaît un enjeu important dans la prévention et le soin des pathologies de la division, en premier lieu les cancers. Précédemment dans l’équipe, Benjamin MERCAT (ancien doctorant de l’équipe) et Jacques PECREAUX ont mis en place un outil : « spindle spectral signature » (S3). Celui-ci permet de mettre en évidence la mécanique du fuseau mitotique grâce à des analyses temps-fréquence, c’est-à-dire les déformations (les réponses au sens large) du fuseau, considéré comme un matériau homogène soumis à des forces. Cette analyse suggère qu’en métaphase, le fuseau a un comportement dominé par la viscosité et l’inertie, en fort contraste avec l’opinion courante d’une régulation de sa longueur. Pendant ma thèse, je souhaite comprendre comment le fuseau mitotique, en se comportant comme une structure visqueuse et inertielle, contribue à la répartition correcte des chromosomes. Une étape importante est d’élucider le mécanisme moléculaire à l’origine de ce comportement mécanique inattendu. Pour ce faire, j’étudie la première division de l’embryon de Caenorhabditis elegans.