Publié dans Nucleic Acids Research: Reassembling green fluorescent protein for in vitro evaluation of trans-translation

Reassembling green fluorescent protein for in vitro evaluation of trans-translation.

Guyomar C, Thépaut M, Nonin-Lecomte S, Méreau A, Goude R, Gillet R.

Durant la synthèse protéique ou traduction, les ribosomes traduisent les ARN messagers (ARNm) en polypeptides jusqu'à ce qu'ils rencontrent un codon d'arrêt sur l'ARNm. Pourtant, les ribosomes se bloquent régulièrement à l'extrémité 3 'des ARNm, notamment lorsque ceux-ci sont dépourvus de codon de terminaison. Chez les bactéries, la trans-traduction est le principal mécanisme de sauvetage pour éliminer ces ribosomes piégés. Ce processus est porté par l'ARN transfert-messager (ARNtm), ainsi que par la protéine SmpB. La trans-traduction est une cible attrayante pour la découverte de nouvelles molécules antibiotiques car: i) elle est absente chez les eucaryotes, ii) elle est essentielle pour la survie ou la virulence de nombreuses bactéries pathogènes, et iii) dans les cas où la suppression n'est pas létale, elle induit des phénotypes hypersensibles rendant ainsi les antibiotiques plus efficaces.

Afin de découvrir de nouveaux antibiotiques avec une activité et une sélectivité améliorées, des chercheurs de l'IGDR ont mis au point un test in vitro extrêmement fiable pour détecter l'activité de trans-traduction. Ce système est basé sur une variante de l'ARNtm génétiquement modifié afin de réassembler la protéine fluorescente verte (GFP) lorsque la trans-traduction est active. Le système est adapté pour le criblage à haut débit de composés chimiques et devrait aboutir à la découverte de nouveaux antibiotiques.

Nucleic Acids Res. 2020 Feb 28;48(4):e22. doi: 10.1093/nar/gkz1204